Appel du Bureau de l’Union Départementale CGT de la Haute-Vienne

 

le 21 juin
mobilisons-nous !


  

 

 

Le Premier Ministre dans son discours de politique générale n’a pas pris la mesure des exigences sociales qui se sont exprimées dans les mobilisations de ces derniers mois

et dans le vote référendaire du 29 mai.

 

La précarisation totale de l’emploi est en route pour ouvrir une voix royale au patronat.

 


 

Sur notre département :

 

- le secteur industriel a perdu près de 1000 emplois en 2004

- les licenciements, les restructurations, les délocalisations, vont bon train ; Porcelaine, Métallurgie, Papier carton, Agro alimentaire, Chimie, textile, Chaussure, sont durement touchés

- les services publics n’arrivent plus à remplir leurs missions et de ce fait participent à la désertification du milieu rural

- la privatisation d’EDF GDF aura des conséquences dramatiques pour les populations

- les salaires sont parmi les plus bas de France

 

Le plan dit « d’urgence pour l’emploi » consiste surtout à précariser les salariés et à offrir des nouveaux cadeaux aux employeurs :

 

- les 4,5 milliards d’euros s’ajoutent aux 20 milliards déjà acquis – les exonérations de cotisations sociales employeurs ont été multipliées par 10 en 10 ans

- le chômage et la précarité augmentent dans les mêmes proportions

- l’augmentation de 5% du SMIC est un leurre, rien ne changera en bas de la feuille de paie, ce n’est qu’un réajustement technique par rapport aux 35 heures

- depuis 3 ans les salaires sont quasiment gelés  mais pas les profits. Avec un tel détournement de fonds, quelles nouvelles restrictions en matière de santé par une sécurité sociale affaiblie et endettée ?

 

Le code du travail est attaqué

 

* La période d’essai de deux ans, avec le contrat nouvelle embauche signifie qu’un salarié pourra être licencié sans justification.

Dès que le patronat obtient une dérogation, il s’efforce de la généraliser comme il le fait avec le travail du dimanche et le travail de nuit.

* Le chèque emploi réinstaure le travail journalier ou à la tâche

* La chasse aux chômeurs devient la règle : 1000 euros de prime pour n’importe quel travail à n’importe quel prix

* La cerise sur le gâteau : le gouvernement veut procéder par ordonnances pendant l’été

 

Après ce qui s’est passé dans la rue le 10 mars et dans les urnes le 29 mai, c’est un choix politique à haut risque.


 

 

C’est la fuite en avant dans la provocation.

La mobilisation est à l’ordre du jour

Nous ne pouvons attendre la rentrée en constatant les dégâts.

 

C’est pourquoi la CGT appelle les salariés, les retraités, les chômeurs,

 

à faire du 21 juin,

une grande journée de mobilisation

-         déposons les cahiers de revendications

-         invitons les autres organisations syndicales à se joindre à l’action

-         appelons à l’action sous toutes ses formes allant jusqu’à la grève

 

rassemblons-nous à 10 h 30 Place de la République à Limoges.

Ã

Limoges le 13 juin 2005